Si près… si loin!

La rencontre de dimanche soir était d’une importance capitale. Premièrement, battre le seul adversaire nous ayant battu en temps réglementaire, deuxièmement prendre un avantage dans la course au titre à trois journées de la fin et troisièmement valider le billet pour les play-offs.

Dès l’échauffement ont senti les deux équipes extrêmement concentrée et soucieuse de bien faire. Le début de match commença sur un rythme très élevé. La possession à Corcelles mais les occasions les plus dangereuses à Konolfingen. Profitant de la moindre hésitation ou imprécisions corcelloises Konolfingen pris un avantage de deux goals, par deux fois sur des contre-attaques ponctuées de tirs lointains. Malgré quatre minutes de powerplay en fin de tiers, les Wallabies réussir juste à revenir à un goal avant la pause.

Le deuxième tiers commença de belle manière, avec une domination corcelloise qui pendant 10 minutes bloqua son adversaire du jour et se créa les plus belles occasions. Mais comme au premier tiers, les Bernois ne laissèrent rien passer. Chaque occasion dangereuse ou shoot se transforma en goal. 5 à 1. Et patatras.

Après un passage à deux lignes et la mise en place d’un pressing plus agressif pendant la mi-temps, ont repartis dans le dernier tiers pour tout donner et combler cet écart. Malheureusement, un goal encaissé sur une incompréhension dans les nouvelles lignes et ça fit 6 à 1. On aurait pu croire que la messe était dite. Mais comme à plusieurs reprise cette saison, la une revint petit à petit dans le match. 6-3 en moins de vingt secondes, puis 6 à 4 et enfin 6-5 en moins de 5 minutes. L’efficacité qui fuyait les corcellois depuis le début du match était de retour. Un goal d’écart à moins de dix minutes de la fin correspondait aussi beaucoup mieux à la physionomie de la rencontre. Malheureusement, Konolfingen marqua le 7ème et malgré les 3 dernières minutes joué à 6 contre 5 le score ne bougea plus.

L’ironie de l’histoire retiendra que la Une à fait ces deux meilleurs matchs de la saison contre Konolfingen, mais à chaque fois se retrouva bredouille à la fin du Game ! Rageant, mais il faut rendre hommage à l’adversaire qui a montré sur ces deux matchs qu’ils avaient un tout petit truc en plus pour tourner le match à leur avantage.

Pour Corcelles, il faudra relancer la machine rapidement en gagnant les trois derniers matchs et espérer un faux pas de notre adversaire du jour pour jouer le titre.

Corcelles: J. Langenegger, C. Gadler, T. Cerveny, E. Brun, J. Guggisberg, L. Grandi, N. Zanini, R. Rognon, J. Brun, J. Bardet, T. Hunkeler, P. Schubert, S. Beaud, M. Bigler, Y. Fleury, A. Jubin, L. Haldenwang